Les mains sont pour le coiffeur un outil de travail au quotidien, mais celui-ci utilise également une série d’instruments indispensables appelés, dans le jargon professionnel, « petit matériel ».

Matériel de qualité : la moitié du travail

Indépendamment de ses connaissances et de sa dextérité, le coiffeur doit, pour faire son travail, utiliser tout un arsenal : ciseaux, fers à lisser, gants, sèche-cheveux, brosses, peignes, serviettes, etc. Tout ce matériel réuni représente un investissement considérable. Le matériel de qualité n’est pas donné, mais en les utilisant à bon escient et en les entretenant correctement, ces accessoires indispensables peuvent durer très longtemps et conserver toute leur utilité.

Aujourd’hui, la gamme de « petit » matériel se distingue par des outils ultralégers, ergonomiques, pratiques et sûrs avant tout. Ils sont incontournables dans l’univers de la coiffure. Le secteur du petit matériel met tout en œuvre pour innover sans cesse (autres matériaux, nouvelles techniques d’affûtage, nouvelles poignées, etc.) afin d’épauler au mieux le coiffeur dans son travail.

Coupe au millimètre près...

Les ciseaux de coiffure figurent parmi les principaux instruments. Ils constituent la base de chaque coiffure réussie. Avec les ciseaux, le coiffeur peut littéralement sculpter une coiffure et donner du relief au visage. Des ciseaux de qualité sont donc de la plus grande importance. Petit à petit, le coiffeur apprend quel type de ciseaux lui convient le mieux. Le choix des premiers ciseaux est une étape marquante. Les jeunes diplômés optent souvent pour un modèle tape-à-l’œil, flashy ou bling-bling pour faire la différence et souligner leur identité. Mais les coiffeurs qui sont dans le métier depuis un peu plus longtemps accordent davantage d’attention aux propriétés techniques de leurs ciseaux et se renseignent de manière approfondie auprès des différentes marques afin de savoir quel modèle est idéal pour effiler, pour le slicing, etc. Certaines marques donnent la possibilité aux coiffeurs débutants ou chevronnés de tester leurs ciseaux pendant une période d’essai. Car une paire de ciseaux a beau être belle, ce sont en fin de compte les caractéristiques techniques qui font pencher la balance lors de l’achat. En outre, les coiffeurs expérimentés investissent souvent dans plusieurs paires de ciseaux, car chaque modèle a ses spécificités, mais aussi parce qu’ils ne veulent pas se retrouver sans ciseaux lorsque certains exemplaires vont à l’usine pour un affûtage.

La qualité a un prix. Point à la ligne. Mais une chose est sûre : l’investissement en vaut la peine. Bien entendu, les ciseaux de coiffure se déclinent dans toutes les tailles et tous les modèles, mais les prix varient aussi énormément : de 120 à même 1 500 euros. Cependant, le prix ne dit pas tout : ce n’est pas parce que vous êtes propriétaire d’une paire de ciseaux à 1 500 euros que vous réaliserez systématiquement des coupes de meilleure qualité ou que vos ciseaux dureront toute votre carrière. Important : des ciseaux de qualité aussi s’entretiennent et s’affûtent. Pensons notamment au nombre de fois qu’une paire de ciseaux tombe sur le sol en pierre de votre salon de coiffure, entre en contact avec des cheveux humides, fraîchement lavés, colorés ou encore permanentés, des cheveux épais, raides, crépus… au nombre de fois qu’ils restent posés sur une surface froide et humide, que vous les séchez ou que vous les jetez dans un tiroir, etc. Bref, une paire de ciseaux moins chère qui doit être entretenue et affûtée plus souvent revient parfois plus cher qu’un modèle plus coûteux qui nécessite moins d’entretien. C’est principalement la qualité du métal qui détermine le prix des ciseaux. Plus l’acier sera de qualité, plus les ciseaux seront résistants, plus leur longévité sera grande et, bien entendu, plus leur prix sera élevé.

La plupart des ciseaux de coiffure sont fabriqués en acier inoxydable (AI). L’acier inoxydable est solide et anticorrosion. Il suffit de penser casseroles et récipients en inox marqués « 18/10 » que nous utilisons tous les jours… Mais les ciseaux de coiffure ne sont pas toujours 100 % inox. Il se compose souvent d’un alliage d’acier Micro Carbide pour un tranchant quasi permanent, une résistance extrême à l’usure et une grande stabilité du tranchant. Grâce à la métallurgie des poudres (méthode utilisée dans la fabrication de la Jaguar Black Line), les carbures durs sont très fins et répartis dans l’acier de manière homogène. En outre, l’acier, chez Jaguar, est durci au moyen du procédé exclusif de durcissement à froid (-180°C) Friodur®. Le vanadium est aussi ajouté, gage d’un alliage aux propriétés supplémentaires. Qu’est-ce que le vanadium ? Il s’agit d’un métal gris-blanc malléable qui s’ajoute à l’acier afin de réaliser des alliages précieux. Le secteur est unanime : aucun autre matériau n’a eu autant d’influence sur l’industrie sidérurgique au cours de XXe siècle que le vanadium. L’ajout d’une petite quantité de vanadium augmente considérablement la force de traction, la ténacité, la dureté, ainsi que la résistance à l’usure et à la chaleur de l’acier.

Allemagne et Japon : les spécialistes

Le marché des ciseaux de coiffure évolue, mais pas de façon spectaculaire. Pourtant, les différents fabricants se livrent une forte concurrence. Bien entendu, l’importation continue de ciseaux moins chers de pays émergents tels que la Chine, l’Asie du Sud-Est et l’Inde a un rôle à jouer. Deux pays se distinguent dans la métallurgie et la sidérurgie grâce à leur expérience (séculaire !) : l’Allemagne et le Japon. Ces deux pays ont notamment acquis leur expérience dans le secteur des armes. Pensons aux épées de samouraï et à la région de Solingen en Allemagne où sont fabriqués toutes sortes d’objets métalliques affûtés depuis la nuit des temps (ciseaux, limes, coupe-ongles, couteaux de cuisine, épées, etc.), et ce à partir de métal de première qualité.

Le procédé de fabrication de ciseaux de coiffure est complexe ; chez Jaguar par exemple, 120 étapes sont nécessaires à la production avant que la paire de ciseaux atterrisse effectivement dans le salon de coiffure. Rien n’est laissé au hasard et les 120 étapes alternent entre techniques manuelles et mécaniques, fruit d’années d’expérience : le choix et le coulage de l’acier adéquat, le perçage ultraprécis des trous de pouce, le durcissement de l’acier, l’aiguisage de l’anneau de pouce, la tribofinition, le nettoyage par ultrasons, l’assemblage des branches, le honing (ou l’affûtage très tranchant) pour des résultats de coupe parfaits, etc. Cela ne veut pas dire pour autant que les petits accidents sont exclus avec des ciseaux de première qualité. Quels sont les problèmes les plus fréquents ? Les ciseaux qui tombent et dont les deux lames se disloquent parce que la vis se desserre, l’une des deux lames qui se brise en tombant, les ciseaux qui s’abîment lors de l’utilisation ce qui entraîne un petit accroc dans la lame…

La marque japonaise Joewell ne cesse d’innover. La plupart des ciseaux dernier cri sont seulement faits pour durer, mais possèdent aussi une série de propriétés qui les rendent très conviviaux et robustes. Par exemple, la poignée 3D qui garantit une prise en main parfaite et le repose-doigt avec revêtement en silicone pour une meilleure adhérence. La vis de serrage à filet lisse et la lame « sabre » garantissent une coupe souple et ferme et un transfert de force maximal de la main aux cheveux. Les ciseaux doivent leur durabilité à une technologie ultramoderne : la poudre métallique utilisée lors de la fabrication est pressée dans un moule à très haute température, de sorte que les microstructures métalliques restent intactes. De cette manière, les ciseaux résistent environ 2,5 fois plus longtemps à l’usure qu’un modèle en acier inoxydable traditionnel.

Les ciseaux à base de carbures sont généralement plus foncés, ce qui est surtout très apprécié dans les salons pour hommes. Autre aspect important de nos jours : grâce au choix du métal, la quasi-totalité des ciseaux sur le marché prévient les allergies au nickel.

Il y a beaucoup moins de coiffeurs gauchers que de droitiers. Auparavant, les gauchers étaient contraints d’utiliser des produits pour droitiers, mais cette époque est heureusement révolue. Il existe aujourd’hui des ciseaux de coiffure spécialement conçus pour les gauchers, et ce dans différentes qualités. Ainsi, les coiffeurs gauchers peuvent eux aussi suivre le mouvement naturel de leur main, pour une position de travail détendue et une coupe parfaite.

La bonne taille

La taille de la main diffère d’un coiffeur à l’autre. Il arrive même qu’il y ait une différence de taille notable entre la main gauche et la main droite. En général, des ciseaux de taille 5 et 6 pouces (les tailles de ciseaux sont traditionnellement toujours exprimées en pouces) sont vraiment polyvalents. Les ciseaux plus petits sont réservés aux coupes plus précises. À partir de 6,5 pouces, ils sont utilisés pour le travail plus « grossier ». Si vos ciseaux de coiffure sont trop grands pour vos doigts, il suffit de placer des réducteurs synthétiques dans les anneaux des ciseaux. De cette façon, vous profitez des avantages d’une paire de ciseaux de coiffure à lame plus longue, sans craindre qu’ils vous glissent des doigts. La poignée des ciseaux est parfois réalisée dans un acier plus lisse. L’avantage est que vous pouvez la personnaliser, ainsi que les anneaux métalliques. Soyez attentif au pivot : assurez-vous qu’aucun cheveu ne puisse s’y glisser et entraver le bon fonctionnement des ciseaux. C’est parfois le cas quand le pivot est enrayé, voire bloqué.

Finition parfaite

Si les techniques de fabrication des ciseaux de coiffure ont beaucoup changé, l’évolution dans le domaine des fers à boucler, des tondeuses et des sèche-cheveux est elle aussi considérable. Les fabricants commercialisent régulièrement de nouveaux produits qui facilitent et accélèrent le travail du coiffeur. Pour une plus grande ergonomie, les tondeuses sont de plus en plus légères. Citons également une demande accrue en modèles sans fil de la part du coiffeur, une tendance sur laquelle les marques ne manquent pas de surfer : de plus en plus de tondeuses sont disponibles soit dans une version sans fil, soit dans un simple modèle sur secteur. Grâce à l’innovation en matière de batteries lithium-ion, l’autonomie de ces outils sans fil pratiques a considérablement augmenté (souvent 90 minutes), tandis que leur temps de charge a diminué (environ 120 minutes). Chez Jaguar, les tondeuses sont dotées d’un système spécial qui contrôle la charge au moyen d’une micropuce intégrée avec protection contre la surcharge, de façon à ce que l’appareil soit toujours prêt à l’emploi. La marque Wahl propose également des modèles sans fil aux tranchants chromés et tirant parti de la technologie Crunch Blade. Tondeo a lancé une tondeuse manuelle à lame courbe qui permet un travail très précis et peut s’utiliser des deux côtés.

Étant donné l’ampleur qu’a prise la mode de la moustache et de la barbe, les fabricants présentent également des « liners » compacts destinés à sculpter les sourcils, la barbe et la moustache au millimètre près. Ce genre d’appareil est souvent doté d’un système à fixation rapide pour une hauteur de coupe standard variant de 0,5 à 2,5 mm. La longueur des sabots varie quant à elle de 3 à 12 mm. Wahl a commercialisé un modèle poids plume doté d’une grille recouverte de feuille d’or hypoallergénique qui prévient et lutte contre les irritations. Chez Sinelco, on constate que la tendance de la brosse chauffante s’est peu à peu essoufflée, mais la marque commercialisera bientôt un peigne lisseur chauffant, une nouvelle variante de cette dernière.

Les fers à lisser, quant à eux, ne brûlent et n’abîment plus les cheveux grâce à la mise en œuvre, par exemple, de plaques céramiques qui répartissent uniformément la chaleur à une température maximale de 190° C, d’un thermostat de sécurité et d’une fonction de réglage au demi-degré près. Ces fers sont légers, jolis, ergonomiques et indispensables dans l’arsenal du coiffeur pour créer tout un éventail de nouvelles coiffures. Pour un travail plus précis, il existe désormais des fers à lisser compacts avec plaques chauffantes enduites sur ressort qui glissent délicatement dans les cheveux, idéal pour lisser la frange ou les petites sections. Dans le domaine des fers à lisser, tondeuses et sèche-cheveux sur secteur aussi, on pense à l’ergonomie, avec de longs câbles et un cordon d’alimentation pivotant…

L'entretien, une nécessité

La longévité du petit matériel dépend de l’entretien et de l’utilisation que l’on en fait. Les ciseaux doivent être affûtés, nettoyés et contrôlés. Les appareils électriques aussi (tondeuses, etc.) doivent être régulièrement révisés. Quelque 60 % des appareils sont envoyés en réparation pour des problèmes de lames. Dans 20 % des cas, c’est le moteur ou la batterie qui est défectueux en raison d’une utilisation prolongée sans entretien et avec des lames émoussées. Ce genre de problème peut facilement être évité par une lubrification régulière. À l’achat d’une tondeuse, un lubrifiant spécial est généralement fourni, très fluide et non gras, par rapport à d’autres huiles. Grâce à ce lubrifiant spécial, le contact entre la lame inférieure et la lame supérieure reste optimal. Les lubrifications régulières empêchent les cheveux de rester collés aux ciseaux et de se loger entre les lames. Ce produit diminue aussi la résistance, ce qui favorise la capacité de coupe et prolonge la durée de vie de votre outil de coiffure incontournable. Le lubrifiant doit être appliqué lorsque la tondeuse est en marche : appliquez 1 à 2 gouttes de lubrifiant et effectuez des va-et-vient de la lame avec le levier de réglage pour une bonne répartition du produit. À quelle fréquence faut-il lubrifier ? Idéalement toutes les 2 à 3 utilisations. Il est aussi conseillé de procéder à des contrôles fixes en salon de coiffure afin de vérifier l’ensemble du petit matériel et de l’entretenir de manière adéquate.

Gants indispensables

Dans une édition de Perspective, nous avions déjà écrit que l’eczéma et les allergies étaient des affections professionnelles craintes par les coiffeurs. Le port de gants lors de l’application de substances chimiques (coloration, permanente, etc.) est dès lors indispensable. Les gants professionnels se déclinent dans différentes tailles et il existe des modèles à manchettes longues sur le marché. Utilisez de préférence des gants spéciaux en PVC (vinyle) bien adaptés : assez longs pour couvrir le poignet et empêcher l’eau/les produits chimiques de pénétrer et pas trop serrés aux poignets (risque du syndrome du canal carpien). Mieux vaut éviter les gants en latex qui peuvent entraîner une allergie au latex. Ôtez les gants après usage en veillant à ne pas toucher l’extérieur.

Peignes et brosses

L’importance d’une brosse ou d’un peigne de qualité est souvent sous-estimée. Pourtant, ils sont indispensables pour créer une jolie coiffure. Grâce aux techniques modernes, il existe un vaste choix de peignes et de brosses, pour tous les goûts et toutes les bourses. Les brosses de qualité possèdent notamment les caractéristiques suivantes : antistatiques, ioniques, incassables, avec cœur céramique qui répartit uniformément la chaleur pour éviter la surchauffe, poignée antidérapante en caoutchouc ou picots en nylon doux pour le cuir chevelu. Sans oublier les brosses en poil de sanglier naturel qui démêlent parfaitement les cheveux, font de jolies boucles et confèrent une légère brillance à la chevelure. Tout le monde connaît également l’indispensable peigne à queue permettant une séparation ultrafine des cheveux. Les peignes se déclinent dans toutes sortes de matériaux : caoutchouc, bois, titane, etc. Balmain Paris Hair Couture présente la collection Golden Comb de peignes à usage professionnel dorés 24 carats, antistatiques et antiallergiques. Sibel lance de nouvelles brosses qui, grâce à leur structure modernisée à pointes flexibles de trois longueurs, démêlent les cheveux fragiles secs comme humides à la perfection, sans les abîmer.

Super sèche-perruque

Enfin, dans la gamme de petit matériel, un article gagne à être connu : le nouveau sèche-perruque pratique Fresh Wig by Daroko (disponible chez Mado). Cet accessoire professionnel sèche le filet et la plupart des cheveux d’une perruque en quelques minutes. Ainsi, vous pouvez aussi l’aérer et en prolonger l’utilisation. En outre, vous pouvez la coiffer pendant qu’elle sèche de l’intérieur. Adapté aux cheveux naturels comme synthétiques. Grâce aux clips, la perruque reste bien en place pendant le coiffage.

Pin It on Pinterest